Lombricomposteur : tout savoir pour bien l’utiliser !

LombricomposteurEn 2015, la ville où j’habite encourageait ses habitants au compostage en proposant des composteurs (pour jardin) et lombricomposteurs (pour appartement) pour moins de 10€ !
Ça faisait déjà quelques années que j’y pensais, l’occasion était trop belle et l’aventure du compost a commencé cette année-là pour moi !
Je me suis lancée avec enthousiasme mais aussi avec un peu d’appréhension. Pour la première fois, des êtres vivants allaient dépendre de moi.
A l’époque, j’avais eu un petit dépliant explicatif (très bien fait pour débuter !) avec mon lombricomposteur. J’ai cependant eu besoin de chercher plus d’informations sur le lombricompostage sur internet car je voulais comprendre son fonctionnement en détails.
Aujourd’hui, on me pose souvent des questions sur le lombricompostage alors j’ai décidé de partager mon expérience et mes connaissances ici.

  • C’est quoi un Lombricomposteur ?

Le lombricomposteur est adapté à une utilisation en intérieur, que ce soit en maison ou en appartement. Il prend bien moins de place qu’un composteur de jardin mais contrairement à ce dernier, on ne peut pas mettre tous les déchets organiques dedans.
Il renferme des lombrics qui sont les acteurs de la transformation rapide des déchets en compost, ce bel engrais naturel.
Le lombricomposteur peut « vivre » en autonomie jusqu’à 5 semaines, on peut donc partir en vacances sans s’en soucier du moment qu’il est placé dans un endroit adéquat !

lombricompost

Comme je vous le disais plus haut, j’ai eu mon lombricomposteur par ma ville, je n’ai donc pas choisi le modèle. Cependant, je le trouve très bien, il a plusieurs bacs et un robinet sur sur celui du bas pour laisser s’écouler le thé de compost > c’est celui-ci.
Il existe des lombricomposteurs équivalents et moins chers. Vous pouvez aussi le fabriquer, il y a des tutos ici et des conseils pour débuter .

  • Précautions à prendre pour bien démarrer avec le lombricomposteur .

Où placer le lombricomposteur ?
Le lombricomposteur doit être placé dans un endroit frais et protégé du soleil direct et de la neige. Sur un balcon/une terrasse à l’ombre, dans une cave, un garage ou dans la cuisine. Il faut également qu’il soit facile d’accès pour que vous puissiez l’utiliser simplement au quotidien.
Le mien est sur le balcon (orienté Nord) du côté de la porte-fenêtre de la cuisine. On peut facilement y mettre les déchets après avoir cuisiné. Je le rentre dans la cuisine en cas de neige ou de canicule uniquement.

Les déchets dans le lombricomposteur.
Il ne faut pas mettre trop de déchets par rapport au nombre de vers, ce n’est pas une poubelle. Il vaut mieux les habituer petit à petit au début, ne soyez pas trop pressé !
Les déchets doivent être réduits en petits morceaux pour aider les lombrics à la transformation. L’idéal est de les enfouir en les incorporant délicatement dans le compost déjà présent. Pour le faire j’utilise une cuillère à soupe dédiée à cet usage.

Est-ce que le lombricomposteur dégage une odeur ?
S’il est bien géré, le lombricomposteur ne dégage absolument aucune odeur. Il n’y a pas d’étape de fermentation car les déchets sont vite consommés par ses habitants.
Il faudrait vraiment coller son nez dedans pour sentir un léger parfum d’humus (comme en forêt ou quand on arrose les plantes).
Une odeur forte est le signe qu’il y a un dysfonctionnement (déchet qui met trop de temps à se décomposer, trop d’humidité), qui peut être réparé.

Comment équilibrer le lombricomposteur ?
Le bon fonctionnement du lombricomposteur repose sur un équilibre azote/carbone. Du calme, moi aussi j’étais nulle en chimie mais là c’est très simple.
En gros, les végétaux transformés par les vers apportent beaucoup d’azote alors pour équilibrer on va mettre des déchets carbonés comme du carton.
Les coquilles d’œufs broyées vont quant à elles atténuer l’acidité du compost.
On apprend beaucoup en observant le comportement des lombrics et l’apparence du compost. S’il peut parfois y avoir de légères anomalies au début, souvent il suffit de respecter les consignes et de faire preuve de bon sens pour que tout roule !

  • Où trouver des vers pour le lombricompostage ?lombric

Ce ne sont pas n’importe quels vers, il s’agit du ver Eisenia, on ne le trouve pas comme ça, en creusant la terre dans son  jardin ou au parc.
Il existe un site communautaire où des particuliers proposent de donner des vers (gratuitement donc). Il suffit de s’inscrire sur le site > Plus2vers pour localiser des donneurs près de chez soi.
La communauté de vers s’autorégule dans le lombricomposteur. Tant qu’il y a de la place et de quoi manger, ils se reproduisent. Si au bout de plusieurs mois, années, vous pensez avoir de nombreux vers, vous pourrez vous aussi devenir donneur et faire le bonheur d’un nouvel initié 🙂

  • Les vers peuvent-ils sortir du lombricomposteur ?

C’était un peu ma crainte aussi au début. Rassurez-vous, en 3 années d’utilisation, je n’ai jamais vu un ver sortir de son habitation. Le ver n’aime pas la lumière, il se cache dans le compost quand on soulève le couvercle et il tient à l’équilibre de son milieu.
Il m’est parfois arrivé d’en trouver un ou deux sous le couvercle, ça peut être un signe que le composteur doit être équilibré (trop/ pas assez humide), ou qu’un des déchets leur déplaît.

  • Que peut-on mettre dans le lombricomposteur ?

L’usage d’un lombricomposteur entre dans un mode de vie écologique. Les fruits et légumes non bio peuvent contenir des pesticides et être alors nocifs pour les vers.
Il est donc vivement conseillé de consommer des aliments sans pesticide (ou le moins traités possible de façon chimique). Et c’est meilleur pour nous aussi !

Aliments et déchets autorisés dans le lombricomposteur :

Les fruits abimés et leurs épluchures. Les vers raffolent de la peau de banane (coupée en tout petits morceaux).
Les légumes. Comme pour les fruits, les épluchures ou blets. Sauf la pomme-de-terre.
Les ongles et cheveux. Et oui, c’est organique ! Mais sans verni, produits chimiques ou huiles essentielles vermifuges.
Les coquilles d’œufs. Parfaites pour l’équilibre du compost, elles doivent être écrasées très finement ou, encore mieux, broyées au mixeur.
Le carton brut. Celui des rouleaux papier toilettes, boites d’œufs. Sans les étiquettes avec encres et sans papier glacé.
Les sachets de thé. Sauf ceux contenant des plantes vermifuges comme le thym.
Le marc de café
.

A ne pas mettre dans le lombricomposteur !

Ail (vermifuge) et Oignon (trop acide).
Les agrumes (citron, oranges, pamplemousse…).
Les plantes vermifuges ( le thym par exemple).
Les déchets animaux car le lombric est végétarien.
Les déchets non-organiques comme le plastique.
Les noyaux trop longs à se décomposer.

J’ai dessiné et mis en page ce petit visuel récapitulatif que vous pouvez télécharger en HD > ici.
(Merci de ne pas le modifier ou l’utiliser autrement que dans un cadre privé sans mon autorisation).

que mettre dans le lombricomposteur

Bon à savoir :
– Les déchets apport d’azote : déchets verts.
– Les déchets apport de carbone : cartons (sans encres toxiques !), comme les rouleaux de papier toilette bruns et les boîtes d’œufs.
– Les déchets pour réduire l’acidité : les coquilles d’œufs (propres et écrasées, voire broyées).

Vous verrez sûrement apparaître d’autres êtres vivants dans votre compost.
En particulier, de microscopiques insectes blancs, ce sont des Collemboles. Elles viennent aider les vers à la transformation de vos déchets, pas de crainte à avoir, ce sont des copines !
Des moucherons risquent de faire leur apparition. Si votre lombricomposteur est sur un balcon ou dans un cave ce n’est pas très dérangeant mais s’il est chez vous, ça peut être pénible. Leur apparition est souvent du à un excès d’humidité, il suffira d’apporter du carton pour l’absorber.

  • A quoi sert le compost ?

Le compost produit par les lombrics permet de réduire notre quantité de déchets en les transformant en un merveilleux fertilisant écologique.
Mélangé à la terre de nos plantes il l’enrichit !
Le lombricomposteur permet, PARFOIS, de produire du jus de compost (aussi appelé thé de compost). Additionné à – au moins – 10 volumes d’eau, il fait un parfait engrais liquide. Il faut bien le diluer car en excès il peut nuire aux plantes.

Liens utiles :
> Les lombricomposteurs. Groupe Facebook qui m’a beaucoup aidé au démarrage.
> Lombricompostage.net
> Plus2vers

Ce post de blog sera amené à être complété grâce à vos questions et astuces alors n’hésitez pas à les laisser en commentaire !

2 commentaires sur “Lombricomposteur : tout savoir pour bien l’utiliser !

  1. Bravo pour ton article très complet !

    J’ai suivi une formation de guide composteur auprès de ma communauté d’agglomération, c’est un sujet que je trouve passionnant !

    Le terme lombricomposteur n’est pas terrible car comme tu le dis, ce sont des Eisenia et non des lombrics, dans un « vermicomposteur ».
    En réalité, on peut les trouver dans la nature, puisqu’il s’agit de ce qu’on appelle des « vers de litière », ceux qu’on trouve à la surface dans les sous-bois par exemple.Les lombrics se trouvent en dessous, un peu plus profondément dans le sol.
    Mais sans être expert, mieux vaut se les procurer auprès d’un commerce spécialisé.

    Ne pas hésiter à décoller la matière au fond du 1er bac , légèrement, avec un petit outil pour l’aérer, quand on dépose des déchets, puis à couvrir de papier ou carton après chaque utilisation pour absorber rapidement les jus et éviter la prolifération des mouches en tout cas.

  2. Merci beaucoup pour cet article! Pour notre par nous utilisons le compost depuis bientôt 4 mois et on nous a aussi dit que l’on pouvait mettre Du papier (non brillant) coupé en petit morceau avec le carton. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *